Sous le tropique du Capricorne

La route de Manali à Leh

06:25, 1/06/2008 .. Publié dans 09 L Inde .. 1 commentaires .. Lien

Après une nuit de bus de Dharamsala, nous arrivons à Manali, ville entouree de forets de sapins et devenue une ville de villegiature pour les Indiens en quete de fraicheur. Nous decidons de rejoindre Leh en voiture, la capitale du Ladakh, ce territoire himalayen du nord de l'Inde que nous avions connu il y a 12 ans. Nous apprenons que la route est ouverte depuis peu car la neige bloque le passage aux cols d'octobre a juin habituellement. La route qui ne compte que 470 km peut se faire en une journee de 18 longues heures ou en deux jours. Nous preferons la deuxieme option, preferant une acclimatation progressive à l'altitude.

Nous partons sur la route du col de Rohtang ou les Indiens en famille se pressent pour tater la neige. Ils s'equipent en chemin sur les stands de location de vetements chauds et de bottes en caoutchouc. Arrives au col enneige, ils descendent des voitures habilles de combinaison de ski rose bonbon ou de gros manteau en fausse fourrrure, les faisant ressembler à une colonie de yetis. Et on les voit batifoler dans la neige, descendre les pentes sur des luges artisanales, s'essayer au ski en poussant peniblement sur les batons, car il n'y a pas encore de remontees mecaniques. Une animation palpitante qui nous vaut d'etre pris dans les embouteillages pendant plus d'une heure pour depasser le col.

Apres le col, on atteint les vallees quasi desertes du Spiti, les costumes des dames changent, les longs manteaux pourpres ont remplaces les saris colores. Nous faisons halte dans un petit bourg situe à 3400 m. d'altitude pour passer la nuit, le temps necessaire au corps pour s'acclimater. Le lendemain, 14 heures de route nous attendent et des cols dont le plus eleve culmine à 5400 m.! mais aussi une route d'une incroyable beaute, nous faisant traverser des vallees et des hauts-plateaux desertiques, avant de plonger entre les falaises abruptes qui abritent les premiers villages du Ladakh.

Nos compagnons de route sont les fameux camions Tata, decores comme un sapin de Noel, qui roulent à 20 à l'heure et qui ont l'art de se croiser à l'endroit le plus etroit de la route. Car le principe des chauffeurs est d'avancer jusqu'à ce que ca ne passe plus, plutot que de s'arreter sur une aire de croisement plus large. Ensuite, ils se toisent pendant un quart d'heure sans bouger. Ils oublient alors qu'ils ont une marche arriere et tentent d'avancer en se frolant au millimetre pres en passant de justesse au bord des profonds precipices de la route... Il faut reconnaitre que ca finit toujours par passer mais on se sent vraiment tout petits et trop souvent coinces quand on est pris en sandwich entre ces engins.

La derniere portion de la route jusqu'a Leh est enfin asphaltee, grace aux efforts constants de terrassiers de la route que l'on voit refaire inlassablement du goudron sur ces routes defoncees par le gel et la neige. Arrives à Leh, notre chauffeur s'incline sur son volant en signe de priere. Quant à nous, nous remercions aussi le saint-Christophe hindouiste à la sauce de Shiva pour etre enfin arrives au Ladakh!


Ajouter un commentaire

Que de souvenir

21:58, 24/06/2008 .. Publié par Anonymous
Quel plaisir de lire votre récit de voyage. De Manali à Leh, mme si on y était. Avec Katia, nous avons parcouru cette route dans l'autre sens, à vélo, Une magnifique aventure. Comme celle que vous écrivez depuis notre rencontre dans les montagnes péruviennes et au bout du bout du monde. Profitez des paysages ladakhis, de la sérénité qui entoure les monastères.
Didier et Katia, les deux Suisses du trekking de Santa Cruz au Pérou... Merci de nous faire voyager, rêver, méditer

{ Page précédente } { Page 9 sur 45 } { Page suivante }
Accueil
Livre d'or
Archives
Album photos
Lu dans la presse

Menu

le blog de Lisa et Agathe

Rubriques

01 L itinéraire
02 Le Pérou
03 L Argentine
03 La Bolivie
04 Le Chili
05 La Polynesie
06 La Nouvelle Zelande
07 L Australie
08 La Thailande
09 L Inde
10 Hong Kong
11 L Indonésie

Derniers articles

15 août, le retour
Si le paradis existe...
80 kg sur l'épaule
Une forêt de gratte-ciels
Retour dans la plaine indienne